Créer un site gratuitement Close

3-P LE CHEMIN HORAIN

3-P

   Le chemin Horain  

         

            Dans son ouvrage "Les Origines', paru en 1897 aux Editions bretonnes, Alfred Anne-Duportal nous signale un vieux chemin qui traversait Hédé, et qui aurait pu joindre la voie de Rennes à Corseul (voie 1-A) et celle menant vers Roz-sur-Couesnon (voie 1-D) et qui est connue sous les noms de Chemin Horain, Chemin Auren, Chemin Orain ou Chemin Oren.

             Ce vieux chemin pouvait desservir d'anciens habitats sur les paroisses environnantes de Québriac, Tinténiac, Bazouges-sous-Hédé ou Guipel, en même temps qu'il les faisait communiquer avec les grandes voies précédemment citées.

            Il se détache de la voie menant vers Corseul au lieu-dit la Plesse, sur le territoire de la Chapelle-Chaussée. Juste à côté nous noterons le nom de le Châtellier semblant évoquer une fortification qui aurait pu protéger l'intersection.

carte 3-P (1)

 

la voie de la Chapelle-Chaussée à Hédé

            Il coupe ensuite la route D27 de Rennes à Bécherel et se continue vers l'est passant par Chantelou, la Touche, Clairville, la Ville Johier près du château de Montmuran. Ce chemin est facilement reconnaissable car tout au long de son parcours, il conserve la ligne des hauteurs. Ensuite on peut le suivre par lalandelle, la Salle, la Chaise (origine latine casa : la maison), Launay en la commune de Saint-Symphorien. Il descend dans la vallée du ruisseau de Hédé, le franchit à gué à la Chaussée du Moulin de l'Etang Breil Marin. Il remonte ensuite pour rejoindre le bourg de Hédé qu'il longe par le côté.

 

                                                  la rue du chat rouge à Hédé. L'étymologie carrouge serait gallo-romaine

            Certains archéologues pensent que le château de Hédé aurait été édifié sur l'emplacement d'un ancien fort romain destiné à surveiller l'embranchement des voies menant vers Alet, vers Dol, ainsi que notre Chemin Horain.

                                                                                        ruines du château de Hédé.

            La voie se continue ensuite, cette fois sous le nouveau nom de Chemin Oren, jusqu'au lieu-dit la Motte où s'élevait le château. Puis, 100 m après la Motte, elle prend la direction de l'est et, sous le nom de Chemin Vert (1), elle se continue par la Ville-Allée, la Grande-Planche, la Pierre d'Hohier, la Cour-Huet, la Grande-Haie, le Meslier et le Bas-Domaine.

 

la voie sud Guipel

           Elle rejoint l'étang du Chesnay, sur la commune de Guipel, elle se suit par la Cavalière, la Ville Mouet, la Villeneuve et les Landelles

            Elle franchit la rivière au Tertre-d'Ille, rejoint le Domaine et le Placis, et arrive enfin au bourg d'Aubigné où elle coupe la voie romaine de Rennes à Roz-sur-Couesnon (voie 1-D).

            Après Aubigné, la voie prend la direction d'Andouillé-Neuville. Ensuite, elle disparaît.

 

 

Aubigné

 

                                                         Aubigné, la voie romaine sous la route d'Andouillé, début du siècle.

              Très loin vers l'est, en suivant la même direction, nous avons peut-être Mézières-sur-Couesnon, et, plus loin encore, le carrefour de Vendel où notre voie aurait pu rejoindre le Chemin Chasles, menant vers Jublains dans la Mayenne (voie 2-G)

NOTES SUR LA VOIE : 

        Alfred Anne-Duportal a cherché l'origine du nom du Chemin Orain : Selon lui, il était peu probable que ce nom soit venu du mot orée, traduction la lisière, malgré le fait que le vieux chemin bordait la ville de Hédé. Plusieurs lieux reprennent ce toponyme : la Grande-Planche Orain en Langouët, la Fontaine-Orain, la Ville-Orain ou le Pré-Orain dans les Côtes-d'Armor. Alors Anne-Duportal a préféré associer ce nom à celui d'un nom propre, ou alors d'un saint, protecteur des fontaines (2). La suite de cette page lui donnera peut-être raison.

          En effet, en 2007, des fouilles menées à Bazouges-sous-Hédé sous la direction de l'I.N.R.A.P. ont mis à jour un nymphée, découverte extrèmement rare dans toute l'Europe. Il s'agit d'une suite de bassins en escalier, captant l'eau d'une source jusqu'à un sanctuaire consacré aux nymphes. La datation de cet ensemble laisserait penser au IIIème siècle (une monnaie de l'empereur Tétricus fut découverte dans les murets).

          A quelques kilomètres vers le sud, le camp romain de Mondidier marque la frontière entre le pays des Coriosolites et celui des Riedones.

                                                                                          le nymphée de Bazouges.

            Non loin de ce nymphée, passe la voie romaine qui se continue en direction de Feins, c'est la voie de Carhaix à Ernée (voie 2-B).

 

RENVOIS :

(1) le toponyme de Chemin-Vert est souvent associé au passage d'une voie romaine.                             

(2) Hédé, les Origines - Alfred Anne-Duportal.

 

 

 

{{Portail Bretagne}} {{coord|48|10|N|01|40|W|type:adm2nd_scale:2000000|format=dms|display=title}}

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site