Créer un site gratuitement Close

3-K VOIE D'ALET A CANCALE

    3-K 

            Voie d’Alet à Cancale.

 

            Tout d'abord, n'oublions pas le rôle prépondérant qu'eut la cité d'Alet, capitale coriosolite sous l'époque romaine  (voir voie 1-B).             

 

            muraille gallo-romaine d Alet 

muraille gallo-romaine d'Alet

          

           Située à l'entrée de l'estuaire du fleuve Reginca, la Rance, elle est occupé dès le néolithique. Les Phéniciens y débarquent, et les Coriosolites s'y installent vers 80 avant notre ère. Ils protègent la presqu'île au sud par un fossé et un talus, en faisant un éperon barré. Rapidement, la ville devient un centre de commerce vers la Grande-Ile (Grande-Bretagne) grâce à son port d'échouage situé à Solidor.

l'accès au port d'échouage d'Alet

          Occupée par les Romains, elle sera volontairement incendiée (an 10 de notre ère) puis partiellement abandonnée au profit de Corseul. Elle prend alors à son tour le nom de Reginca, puis vers la fin du 3ème siècle, reléguant Corseul, elle retrouve une partie de son importance passée. Elle est fortifiée et une garnison s'y installe : la légion des Martenses. La cité va connaître alors deux siècles de prospérité avant de tomber une nouvelle fois dans l'oubli.

 

Alet, ruines de l'ancienne église du IXème siècle

           

               De l'ancienne ville d'Alet devaient partir des voies en direction de Rennes, de Corseul, d'Avranches, mais aussi de Lehon, de Dinard et de Cancale (voie 1-A , voie 2-Mvoie 2-Nvoie 2-O. 

                L’existence de Cancale est attestée à l’époque gallo-romaine, un village primitif devait exister dès le mésolithique au lieu-dit la Basse-Cancale. Des objets de pêche et des pesons garnissant les filets, exhumés près des plages de Port-Mer et de Port-Briac, ainsi que des dépôts de coquillages, sont la preuve d' une importante activité dès cette époque (1).

               L'actuelle Cancale est citée comme paroisse dès le Xème siècle, associée au nom de son fondateur, Saint-Méen. 

anse de Port-Mer

                             anse de Port-Mer à Cancale

            Donc une voie longeant la côte reliait certainement les deux communes d'Alet et de Cancale, via Rothéneuf, puis se continuait vers Hirel et Roz-sur-Couesnon, sous le nom de Chemin Dolais (voie 2-O).

            L’intérieur des terres était également habité. Par exemple, à Saint-Méloir-des-Ondes, des sites agricoles gallo-romains ont été repérés, et la toponymie de nombreux lieux peut nous laisser penser au passage d'anciens chemins.  

(1) Loïc Langouët - dossiers du CeRAA

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

{{Portail Bretagne}} {{coord|48|10|N|01|40|W|type:adm2nd_scale:2000000|format=dms|display=title}}

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site