3-C EST-OUEST CANTON DE RETIERS, CHEMIN DES SAULNIERS

3-C 

Autre Chemin des Saulniers,

     est ouest, canton de Retiers.              

 

       Au sud de notre département, un vieux chemin rural appelé comme le précédent et pour la même raison chemin des Saulniers s’étend de l’est à l’ouest, pendant vingt kilomètres environ, depuis la forêt de la Guerche jusqu’au nord de Saulnières. Il pourrait être un ancien chemin protohistorique réutilisé ensuite comme voie romaine. De nombreux mégalithes jalonnent son parcours (1). 

 

la voie au sud de la forêt de la Guerche         

      Son tracé commence sur le bord ouest de la route D41, de Retiers à Forges-la Forêt, à trois kilomètres de Forges (2) et 500 m au nord de la Guittière. Il se dirige vers le Nord-Ouest ; il coupe un kilomètre plus loin la route D310, d’Arbrissel à Martigné-Ferchaud, tout près de la Pierre de Richebourg, puis, trois kilomètres après, la départementale D94, de Retiers à Martigné, au lieu-dit le Point-du-Jour

      Obliquant alors vers l’ouest, il passe aux Essarts et aux Bois, il traverse la voie ferrée à 1 800 m de cette dernière route près de la Grasserie, puis la route D107, de Retiers à Fercé, dans le département de la Loire-Atlantique, et rejoint la D47, de Retiers à Coësmes, en formant la limite ces deux communes. 

 

 à 300 m de la voie, la pierre de Richebourg, Retiers

Retiers menhir disparu de pierrelet

 Retiers - menhir disparu de Pierrelée (ou Pierrelet) - scan P. Bézier

      La paroisse de Coesmis est citée en 1205. Les restes d'un temple gallo-romain ont été découverts sur le territoire de la commune de Coësmes, au lieu-dit Lalleu-Botrel. ainsi que de nombreuses monnaies gallo-romaines du bas-empire, dans les environs.

la voie au sud de la forêt du Theil

           Le chemin longe ensuite la lisière sud de la forêt du Theil, depuis le Champ-Fleury. Il passe à Champagné, dont le suffixe gné accuse une origine gallo-romaine, et coupe aussitôt après la route D99, du Theil à Coësmes. Il disparaît alors pendant un kilomètre, reparaît au Haut-Bois, et gagne 2 200 m plus loin la départementale D46, de Janzé à Sainte-Colombe, à Bel-Air, après avoir servi de limite aux communes du Theil et de Janzé du côté nord, et de Sainte-Colombe du côté sud. Il traverse à cet endroit les landes du Coucou.

            Son utilisation comme frontière communale tend également à confirmer son ancienneté. (voir introduction) 

 la pierre de Rumfort, forêt du Theil, en bord de voie

le chemin en lisière de forêt

ornières gravées dans l'affleurement de schiste

Voie a bellevue

 la voie à Bellevue

           Traversant d'est en ouest les Landes de Garmeaux, de Montlouis puis de Bellevue, il franchit 1 800 m plus loin la route départementale D92, de Janzé à la Couyère, à la Brisque, puis la D163, de Corps-Nuds à Thourie à Bellevue 2 400 m plus à l’ouest, la D93, vers Tresboeuf, 300 m après, la D777 de Janzé à Saulnières entre Belle Epine et le Fouteau, à 800 m au nord de Saulnières. Après Beau Soleil, elle emprunte un moment vers l'ouest la route D82 jusqu'au Petit-Fougeray.

la voie au nord de Saulnières

 la pierre aux Fées (Janzé) borde la voie

Voie a la belle epine

la voie à la Belle Epine

le chemin des saulniers à la Pierre aux Fées.

          Le chemin disparaît un kilomètre et demi plus loin mais d'autres mégalithes donnent sa direction vers l'ouest. Ainsi à Creven, sur la Lande de Morihan

Crevin face nordmenhir, Creven

         Sur le territoire de la commune de Saulnières, il croise deux autres anciens chemins saulniers, la voie 3-E et la voie 3-G qui auraient pu toutes deux recouvrir les tracés d'anciennes voies romaines, faisant de Saulnières le centre d'un vicus gallo-romain (3). Des fragments de tegulae et de briques ont été découverts le long de la voie à Belle-Epine, à la Noë Blanche, puis au Bois-Marchais à l'intersection de deux voies.

       Dans l'autre direction, à l'est, le chemin des saulniers pourrait être entré dans notre département à Chelun, où l'on aperçoit encore la vieille motte féodale sans doute destinée à protéger la voie (4). 

  

motte féodale, Chelun. 

NOTES :

mégalithes : Le Chemin des Saulniers pourrait recouvrir un ancien itinéraire protohistorique, ce qui expliquerait qu'il est jalonné de mégalithes sur tout le long de son parcours : la Pierre Marie (déplacé), la Pierre de Richebourg à Retiers, le menhir détruit de Pierreletla Pierre de Rumfort à l'ouest de la forêt du Theil, les Bouillons, l'allée couverte de la Rimbergère et la Pierre aux Fées à Janzé, la Table des Fées à Saulnières (détruit), le Champ de la Pierre au Sel-de-Bretagne, les alignements de Creven, le Grand Tua, le Cahot qui Chôme... 

 

Alignement chemin des saulniers

     

De nombreux menhirs qui balisaient la voie ont aujourd'hui disparu mais ceux qui subsistent nous montrent la voie. Merci à Didier Pointeau pour les documents qu'il m'a fait parvenir, entre autres cette carte où on peut les apercevoir le long du parcours. Le chemin antique se prolonge vers l'est sur plusieurs dizaines de kilomètres (partie droite de la carte), en Mayenne au sud de Craon, puis dans le Maine-et-Loire, toujours balisé par les menhirs de Congrier (détruit), la Pierre de l'Horloge, la Cahorie, les Fontenelles, la Sazonnière, le dolmen du Putifais et le menhir des Forges.

.

 

RENVOIS :

 

(1) L'ancienneté de ce chemin est confirmée par les nombreux menhirs qui semblent le baliser tels des bornes : d'est en ouest, nous rencontrons principalement, la Pierre de Richebourg, la Pierre de Rumfort, et la Pierre aux Fées. Rajoutons non loin de là, la célèbre allée couverte de la Roche aux Fées et les menhirs du Sel-de-Bretagne.

 

(2) Traces d'un village antique au lieu-dit le Masse

 

(3) Saulnières : paroisse citée dès le XIème siècle, sous le nom de Villa Salnierensis, sur la route du sel. un de ces anciens chemins suivis par les contrebandiers qui transportaient frauduleusement le sel, de Bretagne où il était exempt de l’impôt sur la gabelle, vers le Maine où il était au contraire frappé de droits élevés.

 

(4) matériaux plus anciens en réemploi dans les murs de l'église de Chelun. Paroisse XIème siècle.

 

.

.

.

.

.

 

{{Portail Bretagne}} {{coord|48|10|N|01|40|W|type:adm2nd_scale:2000000|format=dms|display=title}}

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site