2-E VOIE D'AVRANCHES VERS BORDEAUX

  2-E 

Voie d'Avranches (LEGEDIA) vers Bordeaux (BURDIGALA)

                            

     Cette voie qui n'est citée dans aucun des itinéraires antiques devait passer par Saint-James, dans la Manche, endroit où elle se serait détachée de la voie d'Avranches à Angers, voie 2-D, pour traverser Montours, Saint-Sauveur-des-Landes, la Chapelle-Saint-Aubert et Vendel.

       En voici quelques points de repère. 

      Un kilomètre au nord de Montours, la voie semblait passer par le Haut-Chemin. Tout près de là, le lieu-dit le Tertre-Rouge et 500 m plus au sud, un autre le Tertre pourraient nous laisser penser à d'anciennes fortifications de l'époque médiévale ou gallo-romaine destinées à protéger la voie. Nous continuons vers le sud et les noms des différents lieux-dits rencontrés nous renseignent comme autant de jalons le long de l'ancien chemin. Deux kilomètres au sud-est de Montours, près du village de Quéré à l'aspect très ancien, nous rencontrons Vauviel (1), puis le village des Rochettes et la Chapelle-Saint-Jacques. Ce dernier toponyme pourrait être une allusion aux chemins de pèlerinage qui menaient vers Compostelle.

      En continuant 900 m plus au sud, nous trouvons le Chemin-Neuf et, à l'ouest de ce dernier, le Haut-Village. Encore trois kilomètres vers le sud, et nous arrivons au Tertre et aux Planches, à 500 m à l'est du Tertre. Encore un kilomètre et c'est la Barrais, au nord de Saint-Sauveur. Enfin, 700 m à l'est de Vendel, le Bas-Chemin et le Haut-Chemin sont aussi des noms caractéristiques du passage de la voie romaine. A l'est de ces derniers endroits, on notera les Rues. 

      Il est possible qu'aux environs du lieu-dit la Lande-du-Haut, à 800 m au nord de Romagné, près de la Croix-Chemin, se trouve l'intersection avec une voie qui mènerait de Rennes vers Bayeux et Lisieux (voie 1-F), cette dernière étant orientée est-ouest, et arrivant par l'est, de Fougères pour se diriger plus à l'ouest en passant par le Champ-Lion (2). 

   La route de la Chapelle-Saint-Aubert à Vendel était autrefois appelée rue des Tombeaux à cause de cercueils qui y ont été trouvés, principalement en calcaire coquillier, mais certains en granit ou en brique. Leur forme et leur orientation semblent indiquer une origine chrétienne, des premiers siècles de notre ère (3).   

     Ensuite, nous n'avons plus de traces visibles de la voie mais celle-ci semble rencontrer, beaucoup plus loin, le Chemin de Cocaigne (voie 2-C).  

    Si l'on prolonge cette voie en ligne droite vers le sud, nous rencontrons dans la même direction les communes de Mecé, Val-d'Izé, Saint-Aubin-des-Landes, Torcé ou Cornillé, puis Bais. Qu'en dire lorsque l'on connait la grande ancienneté de la paroisse de Bais. De plus, sur le territoire de cette dernière commune, le long de la route de Torcé, ont été mis à jour deux fana accompagnés de bâtiments annexes, avec four et puits (4), ainsi que des cercueils en calcaire coquillier.

sarcophages-bais.jpg

Bais - sarcophages en calcaire coquillier

            

     L'église de Bais est vouée au culte de Saint-Mars. On pourrait y voir là un rapprochement avec un ancien culte au dieu gallo-romain Mars Mullo, dont le nom aurait été plus tard réinvesti par la religion catholique.

Bais église

église Saint-Mars de Bais - parties du XIème

  

RENVOIS :  

(1)    Du latin vicus, le bourg, toponymie à rapprocher de Vieux-Viel et de Vieux-Vy-sur-Couësnon.

(2)  Voir la voie de Rennes à Bayeux (voie 1-F).

(3) Pouillé de Rennes - Guillotin de Corson. Histoire archéologique de l'époque romaine de la ville de Rennes - A. Toulmouche.

(4) fouilles INRAP, le Bourg Saint Père, Françoise Le Boulanger.

 .

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

{{Portail Bretagne}} {{coord|48|10|N|01|40|W|type:adm2nd_scale:2000000|format=dms|display=title}}

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

__BM__